Vaccins obligatoires depuis le 1er janvier

Postado Janeiro 13, 2018

Fin juin, une adolescente est décédée de cette maladie à Marseille.

Comme elle s'y était engagée, Agnès Buzyn rendra compte chaque année de la situation de la vaccination en France: évolution du taux de couverture, pharmacovigilance autour des vaccins, évolution des perceptions des Français. Elle a usé d'une formule choc pour marquer les esprits: hélas, il n'existe aucun vaccin contre les théories du complot.

"Quand on prend la décision de désinformer l'opinion publique, qu'on fait circuler de fausses informations et que des familles hésitent et ne font pas vacciner des enfants, et que ces familles perdent un enfant de méningite, aujourd'hui elles ne peuvent pas se retourner contre ces "distilleurs " de mauvaises informations " a conclu Agnès Buzyn. L'OMS estime que la couverture vaccinale de la population doit atteindre 95% pour la plupart des maladies infectieuses pour être efficace.

Les maires des communes, eux, s'inquiètent de l'application de cette nouvelle obligation.

Parce que la vaccination est un enjeu de protection collective, la vaccination obligatoire doit conditionner l'entrée en collectivité (crèches, centres de loisirs, écoles, colonies de vacances).

C'est nouveau: tous les bébés nés depuis le 1er janvier auront 11 vaccins à réaliser au lieu de 3 auparavant. Pour les enfants nés avant le 1 janvier 2018, le contrôle continue de porter sur la vaccination DTP. Elle a ainsi supprimé certaines sanctions liées aux refus. En l'absence de ces documents (ou d'un certificat de contre-indication à la vaccination), l'admission serait provisoire. En revanche, les parents "pourront toujours faire l'objet de poursuites pénales" pour "atteinte à la santé de l'enfant", si ce dernier, non vacciné, est gravement atteint par des maladies "qui auraient pu être évitées par la vaccination" ou s'il contamine d'autres enfants, rappelle le ministère.